2018: une mauvaise année pour les investisseurs

Le moteur économique américain tourne (encore), les autres toussent