Femmes & prévoyance

Seul le travail rémunéré compte pour la retraite

En Suisse, les femmes perçoivent des rentes de vieillesse nettement inférieures à celles des hommes. Cela tient en grande partie aux différences de parcours professionnels entre les deux sexes. Durant leur vie active, les femmes n’ont souvent pas la possibilité de cotiser autant que les hommes pour leur prévoyance professionnelle. Résultat: elles disposent d’une moins bonne couverture sociale, ce qui accroît le risque pour elles de basculer dans la pauvreté à la retraite. Dans ce contexte, elles ont tout intérêt à faire très tôt le point sur leur propre situation de prévoyance. Il existe en effet différents moyens d’améliorer sa prévoyance vieillesse de manière ciblée – pour les femmes comme pour les hommes d’ailleurs.

Les lacunes de prévoyance se traduisent par une diminution des rentes

Selon une étude de la Confédération, en 2016, les rentes touchées par les femmes en Suisse étaient inférieures de 37% en moyenne à celles des hommes. Dans l’AVS, l’écart entre les rentes ne représentait que 3% environ. Cela s’explique par les mesures de compensation prévues dans le cadre du 1er pilier, comme le partage des revenus entre les conjoints ainsi que les bonifications pour tâches éducatives et d’assistance. Dans la prévoyance professionnelle (2e pilier) en revanche, la différence entre les deux sexes (ce qu’on appelle le Gender Pension Gap) s’élevait à 60%. L’écart entre hommes et femmes en matière de retraite s’explique principalement par leurs différences de parcours professionnels. Une durée d’activité plus courte ou un taux d’occupation réduit entraîne des lacunes dans la prévoyance professionnelle en limitant les possibilités de versement dans la caisse de pension. Et les femmes continuent à être davantage concernées que les hommes par ce phénomène. 

Absence de couverture en cas de concubinage

Toute personne mariée et divorcée obtient des droits au paiement d’une rente dans le cadre du 1er pilier, car les revenus réalisés par les époux pendant la durée de leur union sont en général répartis pour moitié entre eux. L’avoir de vieillesse des conjoints provenant de la caisse de pension (2e pilier) fait également l’objet d’un partage. En revanche, les personnes vivant en concubinage ne peuvent faire valoir aucune prétention financière l’une envers l’autre en cas de séparation. Bon à savoir également: en cas de décès, les conjoints survivants perçoivent automatiquement des prestations de survivants. Les concubins, eux, n’y ont pas droit dans le cadre de l’AVS, et seulement dans une certaine mesure dans le cadre de la LPP.

Seul le travail rémunéré compte

Seules les personnes qui exercent un travail rémunéré peuvent effectuer des versements auprès d’une caisse de pension en vue de leur retraite. Différents facteurs font que les femmes, de par leur parcours professionnel, sont moins bien loties que les hommes en matière de prévoyance vieillesse. Citons entre autres les suivants:

  • pause maternité / garde des enfants ;
  • travail de proche aidant non rémunéré (p. ex. soins à des proches) ;
  • travail à temps partiel (y compris après une séparation ou un divorce) ;
  • travail dans des branches où les salaires sont plus faibles ;
  • intérêts et connaissances plus ou moins développés en matière de finances et de prévoyance.

Plusieurs situations comportent des risques de prévoyance, notamment pour les femmes. Or, il est très difficile de combler des lacunes de prévoyance une fois qu’elles sont apparues, même en se laissant jusqu’à la retraite. Il convient donc soit de les corriger, soit de réfléchir en temps et en heure aux possibilités d’optimisation.

Pause maternité et travail de proche aidant: perte de salaire et défaut de cotisations à la caisse de pension

A la naissance d’un enfant, de nos jours encore, l’homme continue bien souvent à travailler à un taux élevé tandis que la femme met son activité professionnelle entre parenthèses pendant des mois, voire des années. Durant cette période, elle ne touche pas de salaire ni ne cotise à la caisse de pension pour alimenter sa prévoyance vieillesse, ce qui entraîne des lacunes de prévoyance. La pause maternité peut en outre être préjudiciable pour la carrière lorsque l’interruption se traduit à la reprise du travail par un salaire plus bas qu’auparavant. Il n’est pas rare non plus que la jeune mère reprenne à un taux d’occupation inférieur à celui qui était le sien avant qu’elle ne fonde une famille.

Alors qu’une compensation de la prévoyance intervient pour les couples mariés dans le cadre des 1er et 2e piliers, le concubinage ne prévoit pas automatiquement de protection financière mutuelle.

Le travail de proche aidant accompli à titre gratuit, par exemple pour s’occuper de parents âgés, est lui aussi source de lacunes dans la prévoyance. Selon l’Office fédéral de la statistique, les femmes ont fourni en 2016 un travail non rémunéré d’une valeur de plus de 240 milliards de francs.
 

 

Avoir de vieillesse du 2e pilier – comparatif

 

Dans l’exemple présenté avec pause maternité et travail à temps partiel, la rente de vieillesse annuelle du 2e pilier est inférieure d’environ deux tiers à celle obtenue en n’ayant jamais cessé de travailler à temps plein.

Conseil / recommandation no 1

Discuter suffisamment tôt avec son partenaire ou son conjoint de la question du travail à temps partiel ou du modèle de travail et de garde. Et reprendre son activité professionnelle le plus rapidement possible après le congé de maternité.

Conseil / recommandation no 2

Envisager des solutions destinées à accroître l’autonomie, comme p. ex.: utiliser l’épargne salariale du partenaire/conjoint en faveur de la partenaire/conjointe, pour financer un rachat dans la caisse de pension de cette dernière ou sa prévoyance privée (p. ex. compte du pilier 3a).
 

«Le thème de la prévoyance ne doit pas se limiter à une mention sur le certificat de salaire, il doit être davantage ancré dans les mentalités».

Corinne Hirter, organisatrice événementielle, Residenz Au Lac, Bienne; assurée auprès de la Previs

 

Travail à temps partiel: des revenus insuffisants pour la caisse de pension?

En Suisse, les femmes sont nettement plus nombreuses que leurs homologues masculins à travailler à temps partiel: en 2019, on en comptait 59%, contre 18% d’hommes (Office fédéral de la statistique). Le travail à temps partiel est souvent associé à des conditions d’emploi précaires et à une couverture sociale de moins bonne qualité – au regard de la caisse de pension en particulier. Cela s’explique par plusieurs raisons:

  • Seuil d’accès à la prévoyance professionnelle: pour être assuré·e à titre obligatoire conformément à la LPP, il faut percevoir un revenu annuel d’au moins 21 510 francs (état: 2022). Selon le taux d’occupation et le salaire, ce seuil d’entrée n’est pas à la portée de tout le monde.
  • Déduction de coordination: pour calculer le salaire assuré, on procède à une déduction de 25 095 francs (état: 2022) sur le salaire annuel brut. Le revenu assuré peut donc s’avérer relativement faible, notamment en cas de travail à temps partiel, et ne garantir qu’une rente modeste.
  • Une personne qui cumule plusieurs emplois à temps partiel peut se voir appliquer la déduction de coordination plusieurs fois.

Conseil / recommandation

Veiller à ce que le revenu minimum pour la prévoyance professionnelle soit atteint en cas de travail à temps partiel. En présence d’employeurs multiples, se demander si toutes les composantes du salaire ne pourraient pas être assurées auprès d’un seul d’entre eux. La Fondation institution supplétive LPP offre également d’autres possibilités.

 

 

Vie active entre 25 et 65 ans, avec un taux d’occupation constant. Calcul simplifié sans variations de salaire ni d’intérêts

*Quote-part de perte de gain: différence entre le salaire annuel actuel et la rente annuelle

«Nous avons établi que, dans un partenariat ou un mariage, le taux d’occupation optimal du point de vue des assurances sociales et de la fiscalité est de 70%.»

Helena Trachsel, responsable du Bureau de l’égalité entre femmes et hommes du canton de Zurich

 

Divorce ou séparation: le défi de la garde des enfants et de l’activité professionnelle

En cas de divorce ou de séparation, la règle veut que l’avoir de vieillesse soit réparti pour moitié entre les conjoints. Cependant, si le couple a des enfants, leur garde incombe souvent principalement à la femme, avec le risque de lacunes de prévoyance que cela implique. En effet, selon la situation, telle ou telle activité professionnelle peut ne pas lui être accessible, ou à temps partiel seulement. Les femmes sont donc davantage exposées que les hommes au risque de basculer dans la pauvreté au moment de la retraite ou de dépendre des prestations complémentaires et de l’aide sociale.

Par ailleurs, selon un arrêt du Tribunal fédéral de 2022 qui fera jurisprudence, les mères divorcées n’ont plus automatiquement droit au versement d’une contribution d’entretien personnelle, mais doivent subvenir elles-mêmes à leurs besoins. Cette décision vient souligner encore l’importance pour les femmes d’exercer une activité professionnelle.

Lorsque des personnes qui vivaient en concubinage se séparent, aucune d’elles ne peut faire valoir la moindre prétention financière au titre de leur partenariat révolu – il n’existe aucune protection.

 

 

Avoir de vieillesse du 2e pilier dans un scénario de divorce – comparatif


 

Dans l’exemple présenté ci-dessus avec pause maternité, travail à temps partiel et divorce (compensation des avoirs de la caisse de pension), la rente de vieillesse annuelle du 2e pilier représente à peu près la moitié de celle obtenue en n’ayant jamais cessé de travailler à temps plein.

 

Conseil / recommandation

Même lorsque tout va pour le mieux, faire le point à titre préventif sur sa situation de prévoyance en cas de divorce/séparation et garder un pied sur le marché du travail. Penser également à exploiter les possibilités offertes par la prévoyance privée (pilier 3a).

Exemple de calcul Prévoyance privée

Si c’est financièrement possible, épargner à titre privé en vue de la retraite peut se révéler d’une grande efficacité avec une mise de départ en soi modeste. Exemple: une personne qui peut mettre de côté 100 francs par mois pour sa prévoyance vieillesse et qui place ce montant pendant 40 ans à un taux d’intérêt de 1% se constitue ainsi un pécule de 60 000 francs.
 

 

«Les femmes ont tout intérêt à s’occuper très tôt de leur prévoyance vieillesse. Du fait de la garde des enfants ou du travail à temps partiel, elles sont davantage concernées par les lacunes de prévoyance que les hommes. Sauf à s’y prendre à la veille du départ en retraite, il n’est jamais trop tard pour améliorer sa propre situation en matière de prévoyance.»

Armando Mathis, analyste financier et gestionnaire de fortune, associé, Glauser+Partner Vorsorge AG, Conférencier aux séminaires 55+ de la Previs

 

Développer ses propres connaissances sur les questions d’ordre financier et la prévoyance

S’occuper soi-même des questions touchant aux finances ainsi qu’à la prévoyance et ne pas les déléguer à son partenaire ou à son mari s’avère payant. De nombreuses informations sur la prévoyance vieillesse sont aujourd’hui librement accessibles sur Internet.

  • Le certificat d’assurance et le plan de prévoyance tout comme l’appli Previs destinée aux assurés, à la fois pratique et gratuite, renseignent sur la situation personnelle en matière de prévoyance professionnelle.
  • De nombreux employeurs organisent régulièrement des séances d’information ou de formation continue sur des thèmes liés à la prévoyance.
  • Il est possible de vérifier ici l’existence d’éventuelles lacunes AVS

Conseil / recommandation

Analyser d’un regard critique sa propre situation en matière de prévoyance, même si les choses paraissent stables et sûres sur le plan personnel, et la retraite encore lointaine. Pierre Dupont fournit une aide appréciable à cet égard en expliquant le b.a.-ba de la prévoyance professionnelle, vidéos utiles à l’appui.
 

 

«Je recommande de prendre ses responsabilités en réfléchissant le plus tôt possible à la prévoyance vieillesse et en évaluant activement les solutions potentielles.»

Tanja Brunner, responsable du secrétariat communal, commune de Spiez; membre du Conseil de fondation de Previs Prévoyance

Questions et réponses sur la prévoyance au féminin

Les rentes de vieillesse AVS des hommes et des femmes sont effectivement assez similaires. Cela s’explique par les mesures de compensation prévues dans le cadre du 1er pilier, comme le partage des revenus entre les conjoints ainsi que les bonifications pour tâches éducatives et d’assistance. A contrario, la disparité significative entre les rentes de vieillesse de la prévoyance professionnelle (2e pilier) s’explique par l’hétérogénéité des parcours professionnels des femmes et des hommes. Les femmes assument plus souvent la garde des enfants ou des proches, n’exercent pas une activité professionnelle au même taux que les hommes et gagnent en moyenne moins que ces derniers. Elles cotisent par conséquent moins à la caisse de pension, ce qui se traduit par une rente plus faible.

(Les points de la réforme de la LPP mentionnés ci-après ont été discutés au Parlement lors de la session d’été 2022.)

La révision de la LPP vise en principe à augmenter les avoirs de vieillesse et à garantir le niveau des rentes. Les points suivants, en particulier, peuvent contribuer à réduire l’écart entre les rentes des femmes et des hommes:

  • abaissement de l’âge de début de cotisation: il deviendra possible de cotiser à la caisse de pension dès l’âge de 20 ans, au lieu de 25 ans aujourd’hui. La durée de cotisation s’en trouvera prolongée, ce qui devrait permettre d’accroître l’avoir de vieillesse ;
  • révision à la baisse du seuil d’accès: le seuil d’entrée devrait passer de 21 510 francs actuellement à 12 548 francs. Objectif: permettre aux personnes à revenus modestes de bénéficier elles aussi de la prévoyance professionnelle ;
  • diminution de la déduction de coordination: afin d’améliorer la prévoyance des personnes à bas revenu, dont un nombre important de femmes et de travailleurs à temps partiel, le projet de révision de la LPP prévoit de réduire de moitié le niveau actuel de la déduction de coordination (soit 25 095 francs), pour la ramener à 12 548 francs. Objectif: offrir la possibilité d’assurer un salaire plus élevé ;
  • adaptation des cotisations d’épargne: les cotisations salariales à la caisse de pension – les fameuses bonifications de vieillesse – seront réduites, en particulier pour les travailleurs âgés. Cela devrait améliorer leurs chances sur le marché du travail ;
  • interruption de l’activité professionnelle: les personnes actives de moins de 58 ans doivent pouvoir maintenir leurs rapports d’assurance à 100% au titre de la prévoyance professionnelle en cas d’interruption de leur activité lucrative. Cela diminuera le risque pour les femmes d’accuser des lacunes de prévoyance suite à une pause maternité.

 

Il est important de se pencher suffisamment tôt sur sa situation personnelle en matière de prévoyance. Pour éviter toute lacune dans sa prévoyance professionnelle, il est essentiel d’exercer une activité lucrative qui permette d’effectuer des versements dans la caisse de pension. Les interruptions de travail pour raisons familiales ou le travail à temps partiel à taux réduit peuvent se traduire par des lacunes de cotisation. Parallèlement à la prévoyance professionnelle, il peut être judicieux, pour augmenter son avoir de vieillesse, de jouer la carte de l’épargne facultative via la prévoyance privée (pilier 3a).

La condition fondamentale pour pouvoir cotiser au pilier 3a est d’exercer une activité lucrative dont le revenu soit soumis à l’AVS (salaire annuel supérieur à 2300 francs). Les versements sont possibles jusqu’à un plafond annuel défini. Une distinction est opérée selon que l’assuré·e s’acquitte ou non de cotisations à une caisse de pension. En 2022, les personnes actives affiliées à une caisse de pension peuvent verser un maximum de 6883 francs au pilier 3a. Pour les personnes sans caisse de pension, le plafond est fixé à 34 416 francs.

Les versements au pilier 3a sont déductibles des impôts. L’économie d’impôt dépend du niveau de revenu et du lieu de résidence. Le site comparis.ch permet de calculer sa déduction d’impôt individuelle. L’avoir constitué dans le pilier 3a n’est en outre pas imposable au titre de l’impôt sur la fortune.

 

Si vous avez des questions concrètes sur le thème des femmes et de la prévoyance, faites-les nous parvenir à l’adresse leistung@previs.ch. Nous répondrons ici aux questions d’intérêt général – de manière anonyme, cela va de soi. Vous pouvez également à tout moment soumettre vos questions et demandes à votre interlocuteur ou interlocutrice Previs, dont vous trouverez les coordonnées dans l’appli Previs.

Informations complémentaires

Actualité

Bases

Prévoyance: connexion

Appli destinée aux assurés