Rétrospective des placements au 1er trimestre 2019

Evolution des placements

Le quatrième trimestre 2020 a lui aussi été marqué par le contexte lié à la pandémie de coronavirus, oscillant entre crainte et espoir. L’augmentation des cas de Covid-19 a engendré de grandes incertitudes sur les marchés en octobre. Au mois de novembre, des annonces positives sur les vaccins ont généré un certain retour au calme. Toutefois, le nombre de cas évoluant à la hausse, les données économiques n’ont globalement cessé de s’assombrir au quatrième trimestre. 

L’issue de l’élection présidentielle américaine s’est répercutée positivement sur les marchés financiers. Certes, la «vague bleue» attendue par beaucoup n’a pas eu lieu, et la marge de manœuvre du nouveau président demeure en partie limitée. Toutefois, en fin d’année, un sentiment de soulagement dominait car la situation s’était enfin éclaircie. L’accord politique trouvé au sein du Congrès autour d’un nouveau programme fiscal de près de 900 milliards de dollars pour atténuer les effets négatifs du confinement a également renforcé les marchés. L’évolution générale favorable des marchés boursiers tout au long du quatrième trimestre a posé les bases de la performance globale positive de nos stratégies et nous a ainsi permis d’enregistrer trois trimestres positifs consécutifs.  

Marchés boursiers

Le mois d’octobre s’est caractérisé par une grande volatilité des marchés boursiers. Le quinze du mois, les marchés US avaient pratiquement atteint leurs plus hauts niveaux historiques. Par la suite en revanche, l’augmentation des cas de Covid-19 et les mesures de confinement subséquentes – très strictes dans certains pays d’Europe – ont conduit partout à une grande «liquidation», tandis que seuls les marchés asiatiques résistaient au phénomène. En novembre, les annonces relatives aux vaccins ont vu les grands gagnants de la pandémie se transformer en perdants. Les indices européens et les actions Small Cap ont connu ce mois de novembre un rallye boursier record. A partir de la mi-décembre, les craintes liées à une mutation éventuelle de la Covid-19 ont généré de la volatilité sur les marchés.  

Les craintes liées à une mutation éventuelle de la Covid-19 ont généré de la volatilité sur les marchés.

Sur la place mondiale, les marchés financiers ont néanmoins achevé le mois de décembre à un niveau supérieur avec, en tête du tableau, les indices US à vocation technologique, l’Europe et l’Asie montrant un peu moins de dynamisme. Au quatrième trimestre, le S&P 500 a progressé de 12.1% (en USD). Le marché européen des actions a quant à lui enregistré une hausse de 12.2% (MSCI Europe hors Suisse, en EUR), tandis que le marché boursier suisse (SPI) a clôturé l’année sur une progression de 4.8%. 

Taux d’intérêt

La politique monétaire des grandes banques centrales est demeurée expansionniste pour le dernier trimestre 2020. En Europe et en Suisse, les taux d’intérêts n’ont pratiquement pas bougé. Aux Etats-Unis en revanche une légère hausse des bons du Trésor à dix ans a été observée. 

Devises

Le dollar américain a continué de s’affaiblir au quatrième trimestre, accusant par rapport au franc suisse une baisse de près de 4%. Ainsi, la parité USD|CHF atteignait à la fin décembre 0.8848 (contre 0.9290 au trimestre précédent). A la toute fin de l’année, le dollar américain comparé au CHF a même brièvement avoisiné 0.88. A l’inverse, l’euro s’est légèrement affirmé face au franc suisse. A la fin du trimestre, la parité EUR|CHF affichait 1.0812 (contre 1. 0794 au trimestre précédent). La paire de devises a toutefois subi des fluctuations considérables, oscillant entre 1.0680 et 1.0860.

Autres sujets

Aperçu du rendement